Des parcours secondaires plus fluides, plus longs et mieux réussis pour les filles