Actions et projets au sein de l'académie

Partager cette page

Lancement de l'opération académique Ciné Laïcité au cinéma Le Cratère

Ce mercredi 6 décembre, une séance au cinéma Le Cratère a lancé la deuxième année de l'opération Ciné Laïcité qui concernera plus de 1700 élèves de l'académie.

Une classe de seconde du lycée Rive Gauche, accompagnée par sa professeure d'histoire-géographie, Julie Tarbouriech, et d'une réserviste de la Réserve citoyenne, Michèle Tamestit, assistait à la projection du film Le destin, un des deux films proposés dans le cadre de l'opération Ciné Laïcité, opération académique organisée l'an dernier par le pôle civique en partenariat avec la MAE, la MAIF, la MGEN, la CASDEN et l'Autonome de Solidarité.

Elle a été accueillie par Doris Laithier, chargé de mission cinéma à la délégation académique aux affaires culturelles, venue leur présenter le film.

Cette opération est l'exemple d'une coopération académique transversale qui a mobilisé, outre le pôle civique, la délégation académique aux affaires culturelles, l'inspection régionale de lettres ainsi que des professeurs de l'ESPE. Elle a permis à près de 50 enseignants de participer, sur trois sites différents, à une formation à l'éducation à l'image.

A partir du 6 décembre, ce sont donc, à l'image de la classe de seconde du lycée Rive Gauche, plus de 1700 élèves qui assisteront dans l'académie à la projection d'un film (le deuxième proposé est Les figures de l'ombre) autour duquel les enseignants ont construit une séquence pédagogique.

Si les films choisis sont porteurs de valeurs et d'une vision du monde, ils sont avant tout l'occasion de mener un échange partant de la réception du film par les élèves. C'est résolument cette entrée du débat qui a été choisie pour permettre aux élèves, à travers l'objet culturel et esthétique qu'est le film, de davantage s'interroger sur leur propre réception des images et de développer une écoute des autres nécessaire au dialogue et à l'acceptation de l'autre.

Julie Tarbouriech , professeure d'histoire-géographie au lycée Rive Gauche, a choisi de construire une séquence autour du film de Youssef Chahine, Le destin, qui raconte l'histoire d'Averroès, philosophe, médecin, astronome et mathématicien cordouan, qui fut d'abord un penseur et juge influent dans un islam multiculturel, avant d'être banni et de voir ses œuvres interdites et brûlées. « J'ai choisi le Destin pour ses liens avec le programme d'histoire qui parcourt le moyen âge et les liens entre l'occident et le monde musulman à cette période ; les questions philosophiques et les relations entre le pouvoir religieux et le pouvoir politique sont également au centre du film. Ce film montre la diversité de points de vue au sein d'une communauté de croyants.  Il me semble que cela permet peut être d'aller un peu à l'encontre des idées reçues. »

Julie Tarbouriech participe avec ses classes au dispositif Ciné Laïcité pour la deuxième année : « L'objectif du dispositif ciné-laïcité  est de  faire un pas de côté par rapport à notre société et notre quotidien, tout en réfléchissant à des sujets qui sont toujours d'une grande actualité. Passer par la fiction permet d'articuler émotion et analyse. En s'identifiant aux personnages, on a un ressenti plus personnel sur certains thèmes (ici par exemple l'endoctrinement, l'intolérance religieuse...) ce qui permet,  je crois,  une plus grande implication dans le sujet.

Cette participation à Ciné Laïcité s'inscrit dans une démarche plus générale au service d'une éducation à la citoyenneté. « Je participe aussi avec cette classe au concours de La flamme de l'égalité, autour de l'esclavage et de son abolition. Je pense que toutes ces notions sont étroitement imbriquées : la fraternité est peut-être le mot le moins mis en avant de notre devise, je pense pourtant qu'il en est le fondement. On ne doit pas respecter les autres seulement parce qu'on le doit, mais parce que ça nous est "naturel", parce qu'on ressent ce sentiment de fraternité. Comme le dit André Comte Sponville dans son Petit traité des grandes vertus, «  une mère ne nourrit pas son enfant par devoir mais par amour », qui est finalement pour lui la première des vertus car elle contient toutes les autres. S'identifier à des personnages, c'est faire l'expérience de l'empathie, de la fraternité donc. Et cela n'empêche nullement de réfléchir, d'où l'analyse filmique. »

 

La prochaine étape sera le débat en classe qui sera guidé par leur professeure d'histoire-géographie et Michèle Tamestit.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

Carte des établissements de France

C'est pratique

      Découvrez nos services en ligne

 

Vous avez une question ? Contactez-nous

Nous contacter

 

 

DISPOSITIF VIGIPIRATE

DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité