Toute l'actualité

Partager cette page

Le mécanisme d'Anticythère : quand les langues anciennes participent à la culture scientifique des élèves.
En direct des collèges et lycées

Les 44 élèves latinistes et hellénistes du lycée J-P Vernant de Pins Justaret ont pu rencontrer, jeudi 17 octobre 2013, Monsieur Xénophon Moussas, Professeur d'astrophysique et Directeur du laboratoire d'astrophysique de l'Université d'Athènes, passionné d'astronomie antique.

Après un exposé sur le mécanisme d'Anticythère à la reconstitution duquel il a participé, le professeur a répondu aux questions que les élèves s'étaient posées dans le cadre d'une séquence sur les connaissances en astronomie dans l'antiquité avec leurs professeurs de langues et cultures antiques.
La complexité de ce mécanisme découvert en 1901 n'est apparue que récemment grâce aux méthodes d'investigation par scanner et a révolutionné la vision que l'on avait des connaissances scientifiques et techniques dans le monde gréco-romain.
Objet rare et précieux, considéré comme la première machine à calculer, il évoque la sphère d'Archimède : de quoi nourrir la question des « Interrogations scientifiques » au programme des langues et cultures de l'Antiquité et stimuler la curiosité des élèves, maquette et posters à l'appui.

Habitué à intervenir auprès des élèves, Mr Moussas, qui n'avait encore jamais visité de lycée français, a été ravi de trouver un public attentif et curieux.

Etaient également présents lors de cet exposé, Philippe Louarn, Directeur adjoint de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP), Yanis Dandouras, Directeur de recherche à l'IRAP, les enseignantes de Latin/Grec,  Mme Jollivet et Mme Candau-Pouchet et l'enseignante de mathématiques, Mme Argoul.

 

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

Carte des établissements de France