Tout savoir sur le Centenaire

Partager cette page
Contacts

Référent académique :

François Icher
inspecteur d'académie, inspecteur pédagogique régional histoire-géographie

Chargé de mission académique

Cédric Marty
professeur d'histoire-géographie

Les relais dans les départements :

Ariège (09)

Isabelle Lesage
inspectrice de l'éducation nationale

Aveyron (12)

Jean-Pierre Perez ( second degré)
Laurent Boulet (premier degré)
Florent Pelegrin (administratif)

Haute-Garonne (31)

Michèle Courtin
professeure chargée de mission
Fabrice Pappola
professeur d'histoire-géographie

Gers (32)

Elisabeth Nicolas Foix
inspectrice de l'éducation nationale

Lot (46)

Jean-Pascal Rivano
principal

Hautes-Pyrénées (65)

Hélène Prevost
proviseure

Tarn (81)

Benoist Couliou
professeur d'histoire-géographie

Tarn-et-Garonne (82)

Maryse Radovitch
responsable DPPE
Xavier Da Prato
professeur des écoles, maître formateur

Du centenaire dans l'académie de Toulouse...

Comptes-rendus des réunions du Comité académique du centenaire...

Présentation du Comité académique

Le Comité académique du Centenaire de la Première Guerre mondiale, réuni pour la première fois le 21 décembre 2012, est une structure de coordination et de communication, impulsant et valorisant les projets menés au sein des établissements de l'académie.

Placé sous l'égide du référent "mémoire et citoyenneté", M. Icher François, IA-IPR d'histoire géographie, le comité académique regroupe, entre autres, des représentants de la DAAC, de la DAREIC, des Inspecteurs d’Académie – Inspecteurs Pédagogiques Régionaux (IA-IPR) de plusieurs disciplines, des Inspecteur de l’Éducation Nationale (IEN) référents premier degrès, des représentants du Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP), du trinôme académique, de l’Office Nationale des Anciens Combattants et Victime de Guerre (ONACVG).

Le Comité académique du Centenaire a pour mission d'impulser, d'accompagner et de valoriser les initiatives et les projets pédagogiques menés au sein des écoles, des collèges et des lycées. Il travaille ainsi en lien étroit avec les huit Comités départementaux du Centenaire et avec la Mission nationale du Centenaire. Elle doit ainsi soumettre les actions les plus remarquables à une labellisation par la Mission du centenaire.

Pour une présentation plus approfondie des comités académiques du Centenaire...

Compte-rendu de la réunion du Comité académique du Centenaire, le 4 janvier 2017.

Le mercredi 4 janvier 2017, un comité académique du Centenaire s'est tenu au rectorat de Toulouse sous la présidence de François Icher, IA-IPR d'histoire géographie et référent académique défense, mémoire et citoyenneté. Il réunissait les référents départementaux dans l'Aveyron - Jean-Pierre Perez, Laurent Boulet et Florent Pelegrin -, la Haute-Garonne - Michèle Courtin, Fabrice Pappola -, le Gers - Mathilde Mebarki pour le second degré -, le Lot - Jean-Pascal Rivano -, le Tarn - Guillaume Bouloc -, et le Tarn-et-Garonne - Maryse Radovitch. Les référents en Ariège, dans les Hautes-Pyrénées et dans le Gers (pour le premier degré) n'ont pu se libérer. Etaient également présents Brigitte Quilhot-Gesseaume, IA-IPR de lettres représentant la DAAC, Christophe Escartin, IEN-EG lettres histoire géographie, et Cédric Marty, chargé de mission académique pour le centenaire, ainsi que des représentants de l'ONAC-VG - Cécile Font, Olivier Dupont et Pierre Amestoy - partenaires majeurs de l'Education nationale.

Cette réunion a d'abord permis de faire le point sur les actions menées en 2016 à l'échelle académique et dans chaque département.
François Icher et Cédric Marty sont brièvement revenus sur la journée d'étude académique du 13 avril 2016, « Verdun, 1916-2016. Histoire, mémoires et bande dessinées » au cours desquelles près de cent professeurs et représentants des services du rectorat de Toulouse ont pu assister à une conférence de Jean-Yves Le Naour, historien et spécialiste de la période. Cette intervention a permis de dresser un état des lieux de la recherche sur la Première Guerre mondiale et a donné lieu à des échanges de qualité. La publication de la lettre d'information académique Entre les Lignes (téléchargeable sur le site académique du centenaire) se poursuit. Elle propose aux enseignants du primaire et du secondaire des supports pédagogiques immédiatement exploitables et valorise les actions menées au titre du centenaire. Les numéros de cette année ont mis à l'honneur le lien entre le front et l'arrière (« La photographie dans la Grande Guerre », « Les usines de guerre » et « La presse en 14-18 »). Celles de cette année portent plus particulièrement sur la ténacité des combattants, les craquements observés en 1917 et la bataille du Chemin des Dames. Enfin, plusieurs actions de formation destinées aux enseignants du primaire et du secondaire ont été conduites, notamment dans le cadre du Plan Académique de Formation à Toulouse, les 13 et 14 avril 2016 et, dans un souci d'ouverture aux départements situés en périphérie de l'académie, à Rodez, le 8 mai 2016 aux Archives départementales en association avec le service éducatif. Outre la formation dispensée à Toulouse sur l'enseignement de la Grande Guerre dans le cadre du Plan académique de formation, et compte tenu des appréciations unanimement positives de la journée d'étude autour des ressources locales aveyronnaise, une nouvelle action a été programmée en 2017 dans le Lot.


La réunion a également permis de mettre en lumière les actions menées à l'échelle de chaque département.

Les référents départementaux de l'Aveyron - Jean-Pierre Perez, Laurent Boulet et Florent Pelegrin - ont ainsi rappelé les projets menés dans le primaire et le secondaire. Ils ont indiqué qu'une réflexion était également amorcée pour travailler en 2018 sur les instituteurs aveyronnais morts pour la France et repenser le parcours pédagogique créé pour le musée de l'uniforme de Livinhac-le-Haut.
Michèle Courtin et Fabrice Pappola sont revenus sur les journées organisées les 7 et 8 novembre aux Archives municipales de Toulouse à destination des professeurs des écoles. Une demi-journée a en effet été consacrée au concours des Petits Artistes de la Mémoire et s'est traduite par des inscriptions plus nombreuses cette année. Ils ont également présenté la cérémonie du 11 novembre 2016 qui impliquait plus de 200 élèves d'écoles, de collèges et de lycées. Elle s'est tenue successivement au monument pour les sportifs place Heraklès à Toulouse et sur les allées François Verdier devant le monument pour les combattants de la Haute-Garonne. Michèle Courtin a souligné la préparation pédagogique indispensable des élèves en amont afin qu'ils donnent du sens à cette cérémonie.
La participation au 11 novembre constitue également un marqueur important de l'engagement des établissements gersois dans ce cycle commémoratif. Une large majorité d'écoles (87%), de collèges et de lycées y ont été associés. Mathilde Mebarki est revenue par ailleurs sur l'aboutissement de plusieurs projets du primaire et du secondaire.
Jean-Pascal Rivano, référent dans le Lot, partage le constat d'une forte mobilisation de la communauté éducative pour cette cérémonie et a lui aussi rappelé un certain nombre de projets porté par des collèges et lycées du département.
Guillaume Bouloc a indiqué que le Tarn a mis l'accent - comme dans la Haute-Garonne - sur l'ensemble des concours et dispositifs permettant de participer au centenaire. Les chefs d'établissements se sont vus distribuer un livret d'information recensant les dispositifs, les ressources et les partenaires pour porter ce type de projets.
Maryse Radovitch est revenue sur une action de formation destinée au premier degré menée dans le Tarn-et-Garonne durant deux ans. Manifestement appréciée des participants, elle regrette que cet intérêt ne se soit pas traduit par davantage de projets sur le terrain. Elle souligne néanmoins la forte mobilisation à l'occasion des cérémonies du 11 novembre.

Ce bilan souligne l'implication de l'ensemble des territoires et des établissements dans une dynamique qui reste remarquable. Pour la 5e campagne de labellisation (2016-2017), l'académie a soumis 19 projets à la Mission du Centenaire qui a souligné leur qualité et a choisi d'en labelliser 17. Les projets déposés montrent que plusieurs établissements ont su investir de nouveaux dispositifs comme les Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) pour mener leurs actions.
Les huit départements sont représentés et les projets labellisés s'ajoutent à ceux menés hors de ce cadre et à ceux qui, labellisés lors des campagnes précédentes, se poursuivent.
François Icher a rappelé l'intérêt de développer des formations communes aux enseignants de cycle 3 et cycle 4, de solliciter des formations d'initiatives locales (FIL) et d'informer les professeurs des écoles en début ou en fin d'année scolaire de l'existence de concours mémoriels comme celui des Petits Artistes de la Mémoire.

Cette réunion a par ailleurs permis de réfléchir à la politique académique à mettre en œuvre pour les deux dernières années de ce cycle commémoratif.
Après deux journées d'études consacrées en janvier 2014 au patrimoine de la Grande Guerre, l'intervention d'Antoine Prost en mars 2015 avait permis de retracer la manière dont travaillaient les historiens sur la Première Guerre mondiale depuis un siècle. En 2016, nous avions choisi d'éclairer la bataille de Verdun sous l'angle de la bande dessinée en invitant Jean-Yves Le Naour. Cette année sera marquée par la commémoration du centenaire de la bataille du Chemin des Dames et par la question des mutineries, qui ont marqué un tournant dans le déroulement du conflit. Le 22 mars sera donc organisée une journée d'étude intitulée « la bataille du Chemin des Dames : histoire et mémoires » pour mettre en avant les avancées historiographiques majeures, interroger l'évolution des mémoires de ces batailles et évoquer les événements programmés en 2017 autour de cette bataille grâce aux apports d'historiens spécialistes de la question.
La cérémonie du 11 novembre 2017 a également été évoquée à travers deux propositions : la valorisation des actions menées grâce à une enquête et un programme anticipant l'événement, d'une part, et l'appel à projet autour de la « rephotographie », d'autre part. Cédric Marty reviendra rapidement vers chaque référent afin de préciser les modalités de mise en œuvre de ces deux actions.
Une réflexion approfondie a par ailleurs été engagée sur la manière la plus appropriée de valoriser en novembre 2018 l'ensemble des actions impulsées dans l'académie et de conserver ce patrimoine du centenaire au-delà du cycle commémoratif. A ce stade, trois formes sont envisagées : une publication, une plateforme numérique et des expositions dans chaque département. Un séminaire de clôture de ce centenaire sera par ailleurs organisé fin 2018 - début 2019 à l'image de celui qui, en janvier 2014, avait ouvert ce cycle commémoratif.

Compte-rendu de la réunion du Comité académique du Centenaire, le 2 octobre 2014.

          Le 2 octobre 2014, le comité académique du centenaire de la Première Guerre mondiale s'est réuni au rectorat de Toulouse (CRDP) à l'initiative et sous la présidence de M. Icher, IA-IPR et coordonnateur du cycle commémoratif dans l'académie. Cette session a rassemblé des représentants des DSDEN de plusieurs départements (M. Pellegrin et M. Boulet pour l'Aveyron, M. Rivano pour le Lot, Mme Radovitch pour le Tarn-et-Garonne, M. Pappola pour la Haute-Garonne et M. Couliou pour le Tarn), des chargés de mission académique (histoire et mémoire pour Mme Courtin, centenaire de la Première Guerre mondiale pour M. Marty), des IA-IPR d'histoire-géographie (M. Icher) de lettres (M. Lehmann), d'éducation musicale (Mme Pétrali) ou encore d'arts plastiques (M. Fuvel), des représentants d'IEN (M. Caperan, Mme Stanghellini), de la DAAC (Mme Barroul), du CRDP (M. Grosshans) ou de l'ONACVG (Mme Font, M. Vincent) et un professeur agrégé spécialiste des monuments aux morts (M. David). Etaient excusées Mme la rectrice, MM les sous-préfets de Castres et de Muret, M. Soutenet (directeur de cabinet), Mme Quillot-Gesseaume (DAAC), Mme Roques (IA-IPR Histoire-géographie), Mme Nicolas Foix (IEN Auch), M. Boisset ( Principal, Collège Jules VERNE, Plaisance du Touch), MM. les secrétaires généraux des préfectures de l'Ariège et du Tarn, MM. les directeurs de l'ONACVG de l'Aveyron, la Haute-Garonne et du Tarn, ainsi que M. Lafon (délégué pédagogique à la Mission du Centenaire).

          Plus de cinquante projets ont été lancés à l'occasion de cette troisième vague de labellisation. La communauté éducative demeure très engagée dans tous les départements. Si les projets proposés par les collèges et les lycées restent très largement majoritaires, la qualité de ceux présentés pour le premier degré a été unanimement saluée. A l'instar du beau travail de l'école du Rougier de Montlaur (Aveyron), on ne peut qu'inciter les professeurs des écoles à faire connaître leurs action qu'ils jugent - souvent à tort - trop modestes, ce qu'ont pu regretter plusieurs référents départementaux.

          Dans chaque département, de nombreuses actions sont menées pour accompagner cette commémoration. Citons par exemple l'appel à projets lancé, en partenariat avec l'ONAC-VG, pour inciter les écoles toulousaines à travailler sur les lettres d'Henri Fusié, un soldat haut-garonnais mort pour la France en 1915. Signalons également la projection de Charlot-soldat et la formation organisée pour les enseignants du premier degré, le 15 octobre 2014, à l'initiative du groupe culture humaniste de la Haute-Garonne. D'autres formations pour les enseignants sont également proposées dans le Tarn-et-Garonne (« quel avenir pour ma mémoire ? ») ou dans le cadre du Plan académique de formation.

          Les formes de la mobilisation sont multiples : le Tarn a ainsi mis en place une plateforme numérique afin de valoriser les travaux d'élèves relatifs à la Grande Guerre. Le Gers prévoit une forte mobilisation le 11 novembre autour des cérémonies. Des expositions sont également présentées dans plusieurs départements : « Chemins de civils en guerre » (Musée de la Résistance et du Combattant, à Montauban), « L'Aveyron et les Aveyronnais durant la Grande Guerre »,... Dans ce dernier, le parcours culturel élaboré autour du musée de l'uniforme de Livinhac-le-Haut sera expérimenté cette année avec de nombreuses écoles et collèges.

          A l'échelle académique, plusieurs manifestations sont en préparation. Le 6e colloque inter-académique du sud-ouest aura pour thème « 1914-2014 : patriotisme et citoyenneté ». Sur le modèle des deux journées d'études de janvier 2014, le comité académique prépare une nouvelle manifestation scientifique, en mars, sur le thème des expériences combattantes en 14-18.

          Les partenaires de l'Education nationale restent toujours aussi mobilisés à l'instar de l'ONAC-VG qui assure la promotion du concours des Petits Artistes de la mémoire, ou du CRDP-Canopée qui a annoncé le déploiement prochain du site « Monument de mémoires » au niveau national, la sortie de l'ouvrage 50 activités sur la Première Guerre mondiale (courant novembre) et la mise à disposition de plusieurs mallettes dans chaque CDDP de l'académie.

          La dynamique amorcée l'an passé se confirme donc en cette rentrée 2014 : le centenaire de la Première Guerre mondiale mobilise l'ensemble de la communauté éducative. Le 11 novembre 2014 constituera un moment important dans ce cycle commémoratif. Le comité académique souhaiterait valoriser les actions engagées dans chacun des départements. A cet effet, nous encourageons les établissements qui le souhaitent à prendre contact avec les référents départementaux (contacts ci-contre).

          Une telle mobilisation pose également la question des traces du cycle commémoratif lui-même - le patrimoine du centenaire. Ce sujet sera un point essentiel de la prochaine réunion du comité académique.

Compte-rendu de la réunion du Comité académique du Centenaire, le 2 avril 2014

               Le 2 avril 2014, le comité académique du centenaire de la Première Guerre mondiale s'est réuni au Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) à l'initiative et sous la présidence de M. François Icher, IA-IPR et coordonnateur du cycle commémoratif dans l'académie. Cette session a rassemblé des représentants de la DAAC (Delphine Barroul), des DSDEN (Michèle Courtin, Xavier Da Prato, Maryse Radovitch, Florent Pelegrin), du Pôle civique (Malik-François Brihoum), de la direction de la Communication de l'académie (Marianne Bouzigues), de l'ONAC-VG (Vincent Patrick, Olivier Dupont, Cécile Font, Jacques Raynaud, Eric Coupaye), du CRDP (Marc Laborde, Pascal Payraud), ainsi que plusieurs inspecteurs pédagogiques régionaux ou IEN (Gérard Lehmann, Christophe Escartin), de chefs d'établissements (Jean-Pierre Perez, Jean-Pascal Rivano) et des chargés de mission académique et départementaux (Fabrice Pappola, Marty Cédric et Benoist Couliou). Etaient également présents la sous-préfète de Millau, Anne Ballereau, le sous-préfet de Muret, François Beyries, et l'adjoint au chef de cabinet du préfet des Hautes-Pyrénées, José Moura.

Un partenariat étroit avec les Comité départementaux du Centenaire.

               Les actions menées au titre du lancement du centenaire dans l'académie de Toulouse, du 27 au 29 janvier 2014, avait notamment pour objectif de souligner l'intérêt d'une synergie entre tous les acteurs impliqués, au sein et en dehors de l'Education nationale. La présence d'élèves, lors de la projection du 27 janvier et de la cérémonie du 28 janvier, ainsi que le succès rencontré par les deux journées d'études, attestent l'attention portée et les attentes exprimées autour de la transmission des mémoires du conflit.
Convaincu de la nécessité d'une convergence des efforts de l'ensemble des acteurs du centenaire, le Comité académique du Centenaire a convié les sous-préfets en charge des Comités départementaux du centenaire (CDC) à participer à cette réunion. Ainsi le souci de construction commune a-t-il guidé l'ordre du jour, débutant par l'état des lieux des projets et des réalisations dressé au sein de chaque département par les représentants de l'Education nationale comme par ceux des CDC.

Projets et réalisations dans chaque département

               La réunion a permis de mesurer l'engagement croissant et multiforme des collectivités locales, en particulier à l'échelle des départements qui disposent tous d'une structure dédiée au centenaire. Dans ce cadre, un certain nombre d'actions ont été initiées et encouragées. Citons à titre d'exemples la numérisation du Livre d'or des Aveyronnais morts pour la France disponible sous forme de clé USB, la réalisation d'un DVD intitulé « Dix par jour » rendant hommage aux soldats décédés originaires de ce même département, des spectacles vivants (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Hautes-Pyrénées, Aveyron), l'organisation de journées d'information et de conférences scientifiques (par exemple sur le thème d'un camp d'internement des Hautes-Pyrénées), la présentation d'expositions et d'œuvres artistiques. Certaines actions envisagées s'avèrent particulièrement ambitieuses et originales, à l'image du projet, mené dans les Hautes-Pyrénées de reconstitution d'un biplan Morane Saulnier en état de vol. De nombreux projets émanant des communes émergent à l'heure actuelle et devraient donner lieu à des demandes de partenariat au cours des prochains mois. L'implication du monde associatif est également à noter, en particulier celle de l'ONAC-VG, porteur de nombreux projets dans tous les départements ainsi que d'une initiative d'ampleur nationale : le concours des Petits artistes de Mémoire à l'attention du premier degré.
               La communauté éducative demeure très engagée. La deuxième vague de labellisation a permis la valorisation de 47 projets dans l'académie, répartis dans tous les départements et impliquant tout autant le premier et le second degrés. Le CRDP a notamment présenté à l'occasion de cette réunion le site Monuments de mémoire, outil destiné à recueillir les informations relatives aux lieux de mémoire. Une troisième campagne de labellisation est prévue à échéance du mois de juin 2014 et doit donner lieu à un effort particulier de communication à destination de la communauté éducative. Il convient de souligner par exemple que le financement des voyages de mémoire peut faire l'objet d'une demande de subvention auprès de la Mission centenaire (sous réserve de labellisation), mais également auprès de la Fondation Maginot ou de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA).

Accentuer la cohérence et la lisibilité des actions

               De l'efficacité de la communication dépend en partie le succès des initiatives lancées par l'ensemble des acteurs impliqués dans les commémorations. Fort de ce constat, le Comité académique engage tous les acteurs à l'informer de tous les projets et réalisations en cours et à venir afin de leur conférer une visibilité supplémentaire à travers le site dédié sur le serveur académique (www. ac-toulouse.fr/centenaire).
               Il apparaît éminemment souhaitable au Comité académique de définir des axes structurant le cycle commémoratif de 2014 à 2018, en suggérant, pour chaque année scolaire, une thématique principale susceptible d'orienter les réflexions et les projets et de soutenir la cohérence d'ensemble. A ce titre, le calendrier suivant est envisagé à l'échelle académique :

2014-2015 : Les expériences combattantes
2015-2016 : L'arrière
2016-2017 : La ténacité à l'épreuve
2017-2018 : Les sorties de guerre

               Enfin, compte tenu du succès rencontré par les deux journées d'études académiques des 28 et 29 janvier 2014, il apparaît souhaitable de perpétuer ce type d'actions de formation, sous une forme restant à définir, au cours des années à venir.

Compte-rendu de la réunion du Comité académique du Centenaire, le 6 novembre 2013

               Placée sous la présidence de Laurent Soutenet (directeur de cabinet et référent académique mémoire et citoyenneté, représentant madame la rectrice) et de François Icher (inspecteur d'académie, IA-IPR d'histoire-géographie, référent académique pour la commémoration de la Première Guerre mondiale), cette réunion dans les locaux du CRDP de Toulouse était organisée pour discuter des projets soumis à la labellisation pour la session de novembre, faire le point sur les projets portés dans chaque département et renforcer la communication.
              La pluralité des acteurs rassemblés à cette occasion donne la mesure de l'attention particulière portée au centenaire de la Première Guerre mondiale dans notre académie. Etaient présents des inspecteurs pédagogiques régionaux d'histoire-géographie, de lettres et d'allemand, des représentants des directions académiques de l'éducation nationale, des représentants du pôle civique du rectorat, de la DAAC, du CRDP, de l'APHG, de l'ONACVG, des chargés de mission académiques et départementaux.

Le centenaire de la Première Guerre mondiale, un enjeu mémoriel et civique

Membre de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale 1914-2014, le ministère de l’Education nationale a instauré à l'échelle des académies un comité de pilotage spécifique, sous l’égide du référent « mémoire et citoyenneté » désigné par le recteur (note de service n° 2012-186 du 12-12-2012 MEN - DGESCO B3-4).

Par les enjeux qu'il soulève, le centenaire s'inscrit pleinement dans le champ du « pôle civique ». M. Laurent Soutenet rappelle le rôle précis de cette structure qui coordonne et valorise, au niveau académique, les différentes actions de l'éducation nationale et de ses partenaires dans les champs de la mémoire et de la citoyenneté. Le centenaire de la Première Guerre mondiale participe ainsi d'une large dynamique, regroupant - sans les confondre - l'ensemble des commémorations, en particulier celle du 70e anniversaire de la Résistance, de la Libération et de la victoire.

M. François Icher a insisté sur l’importance d’impliquer les élèves, de leur donner le sens du travail de mémoire, que l’on peut articuler autour de trois enjeux : ntellectuel, culturel et civique. Le centenaire est l’occasion d’amener les élèves à s’interroger sur l’utilité et la pertinence d’une telle commémoration, et à réfléchir sur le sens de mots précis – obéir / désobéir ? S’engager ?... – ainsi que sur les rapports entre histoire et mémoire. Le centenaire doit ainsi mener une réflexion conjointe sur l’histoire, prenant en compte les récentes avancées de la recherche, et sur la société aujourd’hui. 

 Une mobilisation croissante au sein de l’académie

        

              La première campagne de labellisation, en juillet 2013, avait déjà débouché sur la valorisation de cinq projets (hors CRDP) pour l'académie de Toulouse ; celle de novembre 2013 est marquée par une mobilisation nettement plus importante. Si les préparatifs ne sont pas aussi avancés dans tous les départements, une soixantaine de dossiers ont ainsi candidaté à la labellisation, impliquant plusieurs milliers d'élèves. La majeure partie des projets concernent spécifiquement les collèges et les lycées, mais les écoles primaires et les établissements proposant un enseignement technologique et professionnel participent pleinement à cette dynamique. Plusieurs établissements prévoient, entre autres, un travail de collecte de sources, dans la logique de la « Grande Collecte », dont M. François Icher a souligné l'intérêt.

 

               La réussite de cette seconde campagne tient en partie à l'action de l'ensemble des partenaires engagés depuis plusieurs mois sur ce dossier et qui ont pu présenter l'avancement de leurs travaux respectifs à l'occasion de la réunion du comité académique. Ont ainsi été évoqués, entre autres, les concours (celui des Petits artistes de la Mémoire et celui sur Jean Jaurès), le numéro que la revue Pastel consacrera à la Grande Guerre, ou les manifestations scientifiques organisées à Castres autour de Jean Jaurès, à Auch sur le Gers à la veille de la guerre et à Larrazet sur les soldats et civils à l'épreuve de la guerre.

               Le succès de cette deuxième vague de labellisation est également lié à la large diffusion d'un appel à projets par les IA-IPR d'histoire-géographie à tous les professeurs de collèges et de lycée, d'une part, et par le référent académique aux chefs d'établissements, d'autre part. La communication apparaît ainsi comme l'un des enjeux centraux de la réussite de ce centenaire.

 Renforcer la communication

La pluralité des projets et des actions engagées au sein de l’Education nationale et par ses partenaires nécessitent de mettre au point une communication efficace à destination des enseignants. Ceux-ci doivent pouvoir rapidement prendre connaissance des grandes actions et manifestations relatives au centenaire, disposer d’un accès pratique aux ressources et outils proposées dans l’académie et identifier clairement les acteurs engagés. Plusieurs moyens de communication ont été évoqués.

Le portail du centenaire apparaît comme un outil majeur. Placé sur le « pôle civique », il bénéficie d’ores et déjà d’une large visibilité par la présence d’un onglet « Mission centenaire » sur la page d’accueil du site. Appelé à s’enrichir rapidement, il permettra de découvrir le centenaire, de prendre connaissance des modalités pour y participer, de visualiser l’actualité scientifique et culturelle, d’accéder à des ressources et des outils et d’identifier tous les acteurs du centenaire dans l’académie.

Une lettre d’information, dont le rythme reste à définir, dynamisera régulièrement la communication propre à l’académie de Toulouse. A compter de janvier 2014, elle proposera des mises au point scientifiques à partir de sources tirées des huit départements, offrira un aperçu des projets en cours, et présentera des œuvres littéraires et artistiques relatives à la Grande Guerre.

                Un colloque intitulé « La Grande Guerre comme patrimoine. 1914-2014 » est organisé les 28 et 29 janvier 2014 en lien avec la Mission Centenaire, la cinémathèque de Toulouse et Framespa. Proposant un double regard scientifique et pédagogique, il s'annonce comme un temps fort du lancement du centenaire dans l'académie de Toulouse.

 

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

Carte des établissements de France