Toute l'actualité

Partager cette page

Lancement du Centenaire de la Première Guerre mondiale dans l'académie de Toulouse
À la une

L'académie de Toulouse était en première ligne mardi 28 janvier 2014 pour le lancement des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, Joseph Zimet, directeur général de la Mission centenaire et Hélène Bernard, rectrice de l'académie de Toulouse ont ouvert ces commémorations lors de diverses cérémonies.

 Deux journées d'études

Deux journées d'études étaient organisées les mardi 28 et mercredi 29 janvier 2014 à la Cinémathèque de Toulouse.
A l'attention des enseignants des premier et second degrés, à destination des étudiants, cette manifestation éducative et culturelle était l'œuvre d'un partenariat entre l'académie de Toulouse, la mission nationale du centenaire de la Première Guerre mondiale, le laboratoire Framespa (université Toulouse-II), la cinémathèque de Toulouse, les Archives Départementales de l'Aude et de la Haute-Garonne et les services éducatifs des Archives Départementales des autres départements de Midi-Pyrénées. Autour du thème « la Grande Guerre comme patrimoine 1914-2014 », ces deux journées ont proposé aux enseignants un moment privilégié de réflexion scientifique et didactique.

La présence du ministre, de la rectrice et du directeur général de la mission centenaire à l'ouverture de ce séminaire montrait toute l'importance accordée à la transmission de cette histoire aux jeunes générations et donc à la formation des enseignants dans ce domaine.
Joseph Zimet a félicité le comité académique pour "son dynamisme rare", tandis que Kared Arif s'adressait aux enseignants : "à l'heure où tous les témoins ont disparu, la transmission de la mémoire est entre vos mains".

Le programme

Un site académique dédié

Lors de ces deux journées d'études, un site académique dédié était officiellement inauguré. Ayant pour vocation de diffuser des informations sur les projets menés dans les établissements de l'académie, ce site souhaite également devenir une véritable plateforme de communication permettant la mis en lumière auprès d'un large public des actions initiées par les nombreux partenaires institutionnels (centres d'archives, DAAC, DAREIC, CRDP, ONAC...). Régulièrement mis à jour et enrichi, ce site a enfin pour objectif de valoriser les ressources spécifiques académiques, notamment par la mise en ligne de ressources documentaires et de témoignages originaux.

Ce site du centenaire est accessible dans la rubrique Pôle Civique, ou directement à l'adresse www.ac-toulouse.fr/centenaire.

Cérémonies officielles du lancement

A l'occasion du lancement des commémorations du centenaire dans l'académie, une cérémonie solennelle eut lieu mardi 28 janvier au monument aux combattants de la Haute-Garonne. Des élèves du lycée Ozenne et du collège Vauquelin de Toulouse, bleuets à la boutonnière, ont lu dans un silence empreint d'émotion, la lettre d'un Poilu relatant les difficultés de la vie quotidienne dans les tranchées.
S'ensuivit une réception à la préfecture de Toulouse. Hélène Bernard a ainsi présenté les multiples actions des écoles, collèges et lycées de l'académie investis dans la commémoration de ce centenaire : parmi eux, 57 projets ont été labellisés par la Mission nationale du centenaire.

1914 - 2014 : expliquer et comprendre

François Icher, IA-IPR d'histoire géographie et référent de la Mission académique du centenaire de la Première Guerre mondiale explique l'importance de ces commémorations :
« Avec huit millions de Français mobilisés, près d'un million et demi de morts, la Première Guerre mondiale a marqué en profondeur l'histoire nationale tout comme les mémoires familiales. Le centenaire du début de ce conflit constitue donc un rendez-vous majeur propice à revisiter une période importante de notre patrimoine mémoriel et historique.
Inscrite dans les programmes d'histoire, cette « Grande Guerre » est évoquée et enseignée au cycle 3 de l'école primaire, en classe de troisième et en classe de première des séries générales et technologiques. Différents aspects de ce conflit sont également abordés dans les classes préparatoires tout comme dans les parcours du certificat d'aptitude professionnel et du baccalauréat professionnel. Par ailleurs, cette thématique, loin de relever du secteur exclusif de l'enseignement de l'histoire, peut également être approchée avec pertinence lors de l'enseignement du français, des langues vivantes étrangères, des arts plastiques, de l'éducation musicale, etc. En pratique, aucun champ artistique, culturel et disciplinaire n'est exclu de cette commémoration tant les angles d'approche sont nombreux.
A l'aube d'un cycle mémoriel qui s'inscrit dans une durée de cinq ans, l'éducation nationale se fixe officiellement quatre objectifs majeurs :
•Insister sur la force de l'événement (violence de masse à une échelle sans précédent).
•Mettre en exergue l'épreuve nationale (répercussion du conflit sur l'ensemble de la société).
•Privilégier une approche interdisciplinaire et ouverte sur les mémoires portées par d'autres pays.
•Faire le lien avec la Seconde Guerre mondiale et le développement de l'idée européenne. »

 

 

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

Carte des établissements de France

C'est pratique

L'académe recrute - découvrez nos offres

 

le handicap, tous concernés
Le handicap

 

Calendrier scolaire

 

Découvrez nos services en ligne

 

DISPOSITIF VIGIPIRATE

DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

 

Nous contacter

Vous avez une question ? Contactez-nous