Ressources

Partager cette page

Le lien vital entre le front et l'arrière : les lettres d'Henri FUSIÉ

Présentation du témoin et du témoignage

         Né en 1893 au château de la Boissède, près de L'Isle en Dodon dans une famille riche, Henri Fusié fait ses études au collège du Caousou à Toulouse, puis entame des études de droit. Il part dès le début de la guerre, et fait quelques mois de campagne dans l'infanterie, en Belgique, où il est victime de gelures aux pieds pendant l'hiver 1914-1915. Soigné à Perpignan, il retourne au front en février 1915, toujours dans l'infanterie (81e R.I., 7e Cie). Il meurt le 6 octobre 1915 à la ferme de Tahure, en Champagne, vraisemblablement touché par un éclat d'obus.

         Disponibilité : Ses lettres à sa famille et une partie de son carnet, de mars à octobre 1915, ont été publiées dans « Lettres du soldat Henri Fusié à sa famille (mars-octobre 1915) », Revue de Comminges, tome CXX, octobre-décembre 2004, pp. 489-549.

         Références : R. Cazals (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre,  Editions Midi-Pyrénéennes / Edhisto, 2013, pp. 427-428.

     

    Pour découvrir d'autres témoignages d'hommes et de femmes de notre région...

    Analyse

              Né en 1893 au château de la Boissède, près de L'Isle en Dodon, dans une famille aisée, Henri Fusié fait ses études au collège du Caousou à Toulouse, puis entame un cursus universitaire en droit. Il est mobilisé dès le début de la guerre, et fait quelques mois de campagne dans l'infanterie, en Belgique, d'où il est évacué, victime d'engelures aux pieds, pendant l'hiver 1914-1915. Soigné à Perpignan, il retourne au front en février 1915, toujours dans l'infanterie (81e R.I., 7e Cie). Dans cette lettre adressée à sa mère, il insiste sur la douleur de la séparation, qu'il tente de surmonter en décrivant le cadre dans lequel il écrit, l'importance de ces échanges entre le front et l'arrière pour le moral, et l'espoir de voir la guerre se terminer pour retourner à la vie civile. Il meurt quelque mois plus tard, le 6 octobre 1915, à la ferme de Tahure, en Champagne, vraisemblablement touché par un éclat d'obus. Il adresse ses lettres à sa sœur, son père et sa mère.

              « 2 mai 1915
    Ma chère Maman. Toujours au même endroit dans la même cahute, je t'écris ces quelques lignes en dégustant un bon quart de café que je viens de faire. Aujourd'hui mon menu a été délicieux car ce matin j'ai eu une agréable surprise. Au réveil, on m'a porté le colis expédié par 1e train [...].
    Tu ne devineras jamais ce qui m'a fait le plus de plaisir en déballant ce colis. C'est cette bonne odeur de foin coupé qui s'en est dégagée. Ça m'a rappelé tant de choses, vois-ru. Je l'ai précieusement étendu au fond de la cahute, et quand je ferme les yeux il me semble être dans un coin du grenier à foin de Boissède. C'est idiot ce que je te dis là, mais il faut si peu de chose pour ramener mon esprit vers ce petit coin de terre, là-bas dans le midi. Chaque jour, lorsque je griffonne quelques notes sur mon carnet, je jette les yeux sur cette photographie, le « nid » et je vous y vois tous, j'y vis avec vous, je ne vous quitte pas un instant. En te disant tout cela, mes yeux se mouillent malgré moi, mais c'est plutôt une joie de sentir que là-bas c'est la même chose, que vous me suivez pas à pas dans le dédale des tranchées. La séparation que nous subissons aujourd'hui est douloureuse, mais elle nous fera trouver plus grande la joie du retour et le plaisir de nous trouver bientôt réunis.
    On a annoncé hier que l'Italie avait déclaré la guerre, je n'ose pas croire à cette nouvelle. En tout cas je crois que son intervention est proche, qu'il précipitera les événements. [...]
    Je t'embrasse bien fort. Henri. »

    « Lettres du soldat Henri Fusié à sa famille (mars-octobre 1915) »,
    Revue de Comminges, tome CXX, octobre-décembre 2004, pp. 489-549.

      Partager cette page
      • Imprimer
      • Agrandir / Réduire

      Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

      Carte des établissements de France

      C'est pratique

      Calendrier scolaire

       

      Découvrez nos services en ligne

       

      le handicap, tous concernés
      Le handicap

       

      DISPOSITIF VIGIPIRATE

      DISPOSITIF VIGIPIRATE

      Consignes de sécurité

       

      Nous contacter

      Vous avez une question ? Contactez-nous