Les résultats des examens

Consultez les résultats des examens en ligne gratuitement

Résultats du diplôme national du brevet

Résultats du baccalauréat

Tous les résultats

 

Partager cette page

Portraits de réservistes

Propos de volontaires : un engagement pour les valeurs et pour l'École.

Portrait réservisteDjeffa Tisserand, juriste : « Répondre à des questions, apporter ma connaissance du terrain et mon expérience»

Qui êtes-vous ?

Juriste, je suis aussi formatrice en droit du travail et de la santé. J'ai récemment fondé SAAKTI, une micro-entreprise où je fais de la formation mais aussi de l'accompagnement à la réparation de toute les formes de violences (conjugales, domestiques...).
Je suis considérée comme une juriste qui n'aime pas le droit. Avec l'expérience, j'ai pu me rendre compte que le droit n'a pas réponse à tout. En effet le sentiment d'injustice persiste, avec SAAKTI, j'essaye du mieux que je peux d'apporter une réponse à ces victimes d'injustice.

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans la Réserve citoyenne ?

J'ai fait ma scolarité dans un lycée privé. Dans cet établissement, les élèves avaient l'obligation de poser des questions. Les adultes se devaient de nous trouver une réponse, en nous la donnant, en nous apprenant à la chercher ou en faisant appel à une personne extérieure.
C'est ce que je souhaite faire dans le cadre de la réserve citoyenne : répondre à des questions, apporter ma connaissance du terrain et mon expérience. De plus, ce dispositif est un moyen intéressant d'accéder aux jeunes : je peux leur apporter mon témoignage, bien sûr, mais surtout recevoir leurs réflexions et nourrir mon expérience.

Quel type d'intervention prévoyez-vous dans les classes ?


A partir d'une présentation de mon parcours, de mon expérience et de mes engagements, je veux inviter les élèves à poser des questions. L'objectif est de partager, d'échanger sur les avis et points de vue de chacun sous forme de débat.
Je souhaite aussi intervenir sur la prévention des violences et sur la notion d'égalité.

Isabelle EchesIsabelle Eches, retraitée : « Quand il s'agit de discrimination, la question de l'image et de la représentation est centrale »

Qui êtes-vous ?


Actuellement retraitée, j'ai travaillé chez Orange en marketing, communication et ressources humaines. Je suis membre du club d'entreprise FACE (fondation agir contre l'exclusion).

Je travaille sur les questions de diversité avec les entreprises, pour les encourager à favoriser l'égalité. Je suis spécialisée dans les luttes contre les discriminations.


Pourquoi vous êtes-vous engagée dans la Réserve citoyenne ?


Suite aux attentats de Charlie Hebdo, j'ai eu le sentiment qu'il fallait agir et faire quelque chose. J'ai au départ hésité à m'engager dans la réserve citoyenne, car je ne pensais pas avoir la légitimité pour intervenir auprès des élèves. Après de nombreuses réflexions, je me suis dit que la citoyenneté est liée à l'égalité. C'est un thème sur lequel je peux intervenir car il est au cœur de mon engagement associatif.


Quel type d'intervention prévoyez-vous dans les classes ?


Je souhaite travailler avec les images. Quand il s'agit de discrimination, la question de l'image et de la représentation est centrale. À partir des images, je pose des questions aux élèves, ce qui les invitent à parler et rend le débat animé.
L'image permet d'amener une prise conscience sur des questions théoriques. Ensuite à travers les questions, les élèves sont encouragés à se positionner, à prendre la parole et donc se mettre en avant.

 

Pierre JustonPierre Juston, doctorant en droit public : « Je souhaite transmettre les valeurs de la République aux élèves »

Qui êtes-vous ?

Doctorant en droit public, je travaille sur le concept de liberté religieuse et sur la laïcité. Je suis engagé dans le milieu associatif en tant qu'auditeur jeune à l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) et référent jeune à l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).

Pourquoi vous êtes-vous engagé dans la Réserve citoyenne ?

Je suis quelqu'un de naturellement engagé, notamment dans l'Éducation nationale et pour défendre les valeurs de la République. C'est d'ailleurs un travail que je fais dans le cadre de mes études.

En 2013, j'étais surveillant lors de la publication de la charte de la laïcité. J'ai décidé de mettre en place des actions autour de ce thème. Ces événements autour de la laïcité m'ont conduit à de nombreuses sollicitations dans les établissements scolaires. C'est donc naturellement que j'ai souhaité poursuivre ce travail avec les élèves en m'engageant dans la réserve citoyenne.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

Je souhaite travailler sur la transmission des valeurs de la République aux élèves ainsi que la laïcité, thème que j'étudie et qui reste central dans mes recherches universitaires.

 

Portrait d'Amélie Billaud-ChaouiAmélie Billaud-Chaoui, journaliste, mère de trois enfants, déléguée des parents d'élèves : « Pour que nos enfants deviennent réellement libres, qu'ils deviennent réellement égaux et fraternels ! »

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans la réserve citoyenne de l'Education nationale ?


Suite aux différents événements de 2015, il me semble que les valeurs de la République doivent à nouveau être défendues, expliquées et partagées. Cet enseignement peut se faire à tous les niveaux, à la maison, à l'école. Et nos témoignages de citoyens, de professionnels - ni parents ni enseignants- seront, j'espère, entendus différemment et de façon complémentaire par les élèves. Pour que nos enfants deviennent réellement libres, qu'ils deviennent réellement égaux et fraternels !

 

Quel type d'intervention prévoyez-vous dans les classes ?


La liberté passe par la connaissance et donc par la lecture, l'écoute de la presse, la maîtrise de l'information et sa compréhension. Ainsi, je souhaite encadrer la réalisation d'un journal ou même d'un seul article sous forme d'atelier, afin de montrer l'importance de la liberté de la presse, la responsabilité des journalistes, leur code de déontologie et soulever la nécessité d'avoir de multiples sources d'information. D'autres ateliers sont possibles : analyser plusieurs articles issus de différents journaux sur le même thème, par exemple. Il peut s'agit d'une séance ponctuelle ou d'une série d'interventions. Ces travaux permettront aussi de développer leur esprit critique, et d'aiguiser leurs arguments.

 

Michèle Tamestit, retraitée de l'Education nationale : « Pour participer à la réduction des inégalités. »

Portrait de Michèle TamestitQui êtes-vous ?

 

Retraitée de l’éducation nationale depuis quelques mois. J’ai été 40 ans en école dont plus de 20 de direction. Je suis engagée bénévolement dans des associations d’accompagnement à la scolarité et d’aide à la parentalité.

 

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans la réserve citoyenne de l'Education nationale ?


La réserve me permet de poursuivre le travail que j'ai effectué durant des années au sein de l'Education nationale. Mon envie de participer à la réduction des inégalités m'a par ailleurs encouragée à m'engager dans ce dispositif citoyen.

 

Quel type d'intervention prévoyez-vous dans les classes ?


Dans le cadre de cet engagement, je souhaite accompagner tous projets artistiques. Je peux aussi intervenir sur l’encadrement de « cafés de parents », qui ont comme objectif le rapprochement de l’école et des parents dans l’intérêt des enfants. Enfin, je souhaite apporter mon soutien aux projets pédagogiques des enseignants et des établissements.

 

Fatima GayetFatima Gayet Bouzembil, éducatrice spécialisée, conseillère technique action sociale : « mieux s'approprier les codes de fonctionnement et de compréhension de notre société »

Qui êtes vous ?

Actuellement éducatrice en libéral, j'ai à mon actif un parcours professionnel varié auprès de différentes institutions comme la protection judiciaire de la jeunesse, l'aide sociale à l'enfance, ou le secteur associatif. J'accompagne des familles et adolescents, je contribue aussi à conduire des jeunes vers l'insertion professionnelle.

Pourquoi souhaitez-vous vous engager dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

Je me suis inscrite sur cette plateforme afin de m'engager dans les responsabilités pédagogiques, professionnelles, et collectives qui sont les nôtres. Il est de ma responsabilité éducative d'amener ces élèves, ces jeunes, à s'émanciper d'un discours, d'un comportement déviant, d'une fascination, afin de mieux s'approprier les codes de fonctionnement et de compréhension de notre société. Mon rôle est celui d'informer sur une spécialité, celle de la citoyenneté à l'école.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

A travers une mise en situation, par exemple, je pourrai contribuer à orienter les élèves dans leur rapport à la vie de la cité, qui est à la fois leur vie sociale, leur vie scolaire et leur vie quotidienne. « Bien informés, les hommes deviennent des citoyens, mal informés, ils deviennent des sujets ! », dit Alfred Sauvy. Ainsi peut-on amorcer la réflexion et le débat concernant le positionnement de chacun au sein de la société.

 

Martial DauphinMartial Dauphin, pilote instructeur hélicoptère : « Apporter un savoir être « républicain » en entreprise »

Qui êtes vous ?

Après un parcours de 15 ans comme pilote d'hélicoptère militaire, j'ai encadré des formations aux métiers de la maintenance aéronautique, puis je suis devenu instructeur de maintenance sur avions de ligne. En 2015, je viens de fonder ma propre structure dans le transport de passager et l'instruction en vol par hélicoptère, en parallèle je souhaite continuer mon action pour l'Education nationale par la réserve citoyenne.

 

Pourquoi souhaitez-vous vous engager dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

Face à l'obscurantisme, nous devons apporter un pare-feu par un enseignement « républicain ». Je pense qu'un homme bien formé et instruit est un homme libre, il a un avenir en paix.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

En classe ou en atelier, je souhaite intervenir pour des adolescents ou jeunes adultes, car je constate que ceux-ci ont peur de l'avenir et surtout peur de l'entreprise, de son fonctionnement, de ses règles. Je souhaite apporter un savoir être » républicain » en entreprise, en abordant par exemple le monde du travail après les études. Les rapports humains et professionnels entre la direction et les collègues.



Kevin FiguierKevin Figuier, journaliste : « Distinguer l'info de l'intox »

Qui êtes vous ?

J'ai 24 ans, je suis photojournaliste-rédacteur indépendant. Je collabore pour plusieurs médias locaux à Toulouse.

Pourquoi souhaitez-vous vous engager dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

Après les événements de janvier 2015, j'ai constaté sur les réseaux sociaux que les adolescents faisaient circuler de fausses informations mais aussi croyaient aux rumeurs de théories du complot. On a pu voir aussi des mouvements « Je ne suis pas Charlie » voire pire avec accolé à cette phrase le nom d'un des terroristes de janvier 2015.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

Avec la création de la réserve citoyenne, c'est la possibilité pour moi d'interagir avec les plus jeunes. Passer du statut du simple observateur qui relate des faits à celui qui s'engage pour apporter des réponses. La réserve citoyenne pourra permettre, dans le cadre de l'éducation aux médias, de faire acquérir aux élèves cette capacité de distinguer l'info de l'intox, d'avoir la clé pour comprendre comment est faite l'information. J'espère pouvoir aussi animer des projets de journal dans un collège ou lycée. Peut-être qu'ils feront naître par la suite des vocations.



Rodolphe BaczkowskiRodolphe Baczkowski, transport et logistique national et international : « Apporter concrètement "ma pierre" à cette grande mobilisation de l'école »

Qui êtes vous ?

Âgé de 43 ans, diplômé d'un Master et de l'Ecole supérieure de Commerce, j'ai par mon métier une expérience professionnelle de divers secteurs d'activité de l'économie, (agro-alimentaire, informatique, automobile...). J'ai donné des cours en classe de BTS et École de Commerce. Très sportif, entre autres, entraineur de Cadets de Rugby, j'ai trois enfants qui étudient au lycée et au collège.

Pourquoi souhaitez-vous vous engager dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

Plus qu'un simple témoignage sur mon parcours et mon expérience professionnelle, je désire apporter "aux futurs acteurs" du monde et de la vie économique, des éléments de choix, de point de vue sur notre société : avoir un esprit et un regard critique !
En contact avec des entreprises du monde entier par mon métier qui m'a amené en Espagne, en Pologne, aux Etats-Unis, j'ai côtoyé aussi différents services, de la direction à la production, en passant par les services juridiques.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

Je peux intervenir sur les métiers du monde économique, échanger sur les cultures et leur richesse dans notre société, le regard critique sur les réseaux sociaux et la presse. Je suis ouvert et motivé pour apporter concrètement "ma pierre" à cette grande mobilisation de l'école, sous quelque forme que ce soit.



Joël EchevarriaJoël Echevarria, Directeur général des services Toulouse School of Economics : « Engagement, transmission, partage »

Qui êtes vous ?

J'ai 49 ans, quatre enfants, presque 30 ans d'expérience professionnelle, dont 20 dans l'enseignement supérieur. Depuis 2011 je travaille pour la fondation TSE, présidée par Jean Tirole, en qualité de directeur général des services. Par ailleurs je me suis toujours investi dans le bénévolat : fondateur des Restos du Cœur à Toulouse, je préside une association de soins et de services à domicile et je donne du temps à des mouvements comme la Fondation Agir Contre l'Exclusion, Nos Quartiers ont du Talent, la FCPE dont j'ai été président. J'ai aussi fondé en 2013 un laboratoire d'idées consacré aux enjeux de la métropole.

Pourquoi souhaitez-vous vous engager dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

Citoyen engagé, j'ai toujours fait en sorte de contribuer « à faire société ». Issu d'une famille d'ouvriers (et de grands-parents paternels immigrés), je sais ce que je dois à l'Ecole de la République et au soutien de mes parents, même si personne dans ma famille n'a fait d'études. Mon parcours de vie m'a aussi appris l'importance des rencontres, le rôle de la transmission et la primauté des valeurs humaines. La Réserve citoyenne est une manière de rapprocher les citoyens du système éducatif, en donnant aux élèves un éclairage complémentaire de celui des enseignants, pour contribuer au recul du communautarisme et à la relance de l'ascenseur social.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

En lien avec les équipes éducatives concernées, je pense pouvoir apporter des éclairages sur des sujets comme : l'insertion professionnelle et la poursuite d'études, l'engagement social comme le bénévolat, l'humanitaire, l'interculturel, la confiance en soi, la citoyenneté, les valeurs républicaines, la laïcité.



Ronald Berger

Ronald Berger, Consultant pour l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement : « les décideurs de demain sont les enfants d'aujourd'hui »

Qui êtes vous ?

De formation à la fois littéraire et scientifique (doctorat de sciences), je travaille dans l'aide au développement depuis 25 ans. J'aide les pays du tiers monde à inclure les dimensions environnementales et sociales et de développement durable dans leurs politiques de développement. Je côtoie aussi bien les populations locales que les décideurs au niveau des gouvernements des pays du tiers monde et des pays émergents. Mon travail me donne une vision globale et pragmatique des questions relatives au développement économique, au réchauffement climatique et à l'équité sociale.

Pourquoi souhaitez-vous vous engager dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

Conscient que les décideurs de demain sont les enfants d'aujourd'hui, je voudrais partager avec eux ma vision élargie des questions d'actualité sociale et des enjeux actuels environnementaux.

Sur quelles thématiques souhaitez-vous intervenir ?

Je souhaiterais qu'ils puissent comprendre de manière simple les relations multiples qui influent sur les décisions de développement économique ; je peux témoigner d'exemples concrets de répercussions rétroactives des décisions politiques sur l'environnement et le social. Dans les écoles primaires, j'ai animé plusieurs fois des séances sur l'Afrique ou la civilisation aborigène d'Australie.
J'ai l'habitude de l'encadrement des élèves de tous niveaux et je peux venir en appui aux professeurs de SVT, ou d'histoire/géographie pour donner une dimension plus personnalisée aux thématiques abordées dans ces matières.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

Carte des établissements de France

C'est pratique

L'académe recrute - découvrez nos offres

 

Calendrier scolaire

 

Découvrez nos services en ligne

 

le handicap, tous concernés
Le handicap

 

DISPOSITIF VIGIPIRATE

DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

 

Nous contacter

Vous avez une question ? Contactez-nous