Partager cette page

Santé de l'élève

Fiches documentaires par thème

La Gale


Définition

La gale est une maladie bénigne de la peau provoquée par un parasite acarien appelé : sarcopte

Etiologie

C'est la femelle fécondée du sarcopte qui creuse des sillons dans l'épiderme provoquant ainsi des démangeaisons.

Signes d'appel

  • démangeaisons surtout le soir et la nuit
  • petits sillons creusés caractéristiques essentiellement entre les doigts des mains et sur la face antérieure des poignets (d'autres localisations pouvant aussi être observées notamment plis du genou, organes génitaux..)

Stratégie thérapeutique habituelle

La règle de base pour la gale est de traiter non seulement la personne atteinte mais aussi son entourage procheet son environnement.

Lien vers la plaquette d'information de l'ARS  "Comment traiter la gale efficacement

En milieu scolaire :

1 - s'assurer auprès de la famille de la réalité du cas

2 - informer sans tarder le service de santé scolaire de la DSDEN :
                                                                      Tél. : 05 67 76 55 24
                                                    Email :  sante46@ac-toulouse.fr

en précisant les éléments suivant : lien vers le tableau de signalement Gale

3 - diffuser les trois documents ci-dessous :
     - note d'information
     - info gale (pour affichage)
     - note aux parents

NB : Une éviction de 3 jours après le début du traitement est à observer dans la collectivité.

Les Poux


Définition

La pédiculose du cuir chevelu se caractérise par la présence de parasites appelés poux de la tête (pediculus humanus capitis) dans les cheveux.

Etiologie

Le pou de la tête est un parasite exclusif de l'homme, il "respire" par des orifices se fermant au contact de l'eau mais s'asphyxiant au contact de produits gras.
Il peut vivre jusqu'à 2 mois dans le cuir chevelu !

Signes d'appel

L'atteinte se manifeste essentiellement par des démangeaisons prédominantes derrière les oreilles et la nuque.
Le diagnostic se fait sur la présence de poux et/ou de lentes vivantes (brunes) à moins de 2 cm du cuir chevelu.

Statégie thérapeutique habituelle

La règle est de ne traiter que les pédiculoses actives, c'est-à-dire avec présence de poux vivants dans la chevelure.

En milieu scolaire :

1 - informer les parents de la présence de poux à l'école

2 - diffuser pour information les 2 plaquettes accessibles par les liens ci-dessus

NB : Aucune éviction n'est préconisée.

La Vaccination


Lien vers le Calendrier vaccinal 2016

Les obligations vaccinales

article L.3111-2 du Code de la Santé Publique

Elles concernent aujourd'hui les vaccinations contre :
     - la diphtérie - avant 18 mois
     - le tétanos (par anatoxine) - avant 18 mois
     - la poliomyélite - avant 13 ans
NB : concernant la poliomyélite, la justification de la vaccination est établie par jurisprudence (alors qu'elle l'est par la loi pour diphtérie et tétanos).

Avant l'entrée en collectivité, tout enfant doit pouvoir présenter un certificat de vaccination ou, à défaut un certificat de contre indication à la vaccination.
En cas de retard dans le schéma vaccinal, la mise à jour devra être effectuée dans les 3 mois suivant l'entrée à l'école.
Au-delà, le médecin scolaire devra être destinataire de toute difficulté recensée eu égard à cette obligation vaccinale.


Les cas particuliers de la vaccination contre l'hépatite B

Cette vaccination est rendue obligatoire pour les élèves de certaines filières de formations sanitaires.

Il appartient au service de santé scolaire de l'établissement de s'assurer du statut vaccinal des élèves des filières concernées.

L'Asthme


Définition

L'asthme est une maladie inflammatoire chronique des bronches.

Etiologie

C'est cette inflammation chronique des bronches, associée à une réactivité exagérée à différents stimuli qui provoque une obstruction des voies aériennes supérieures que l'on appelle communément crise d'asthme ou attaque d'asthme.
Chez l'enfant, la probabilité d'une origine allergique est très forte et l'on admet que l'asthme est multifactoriel mêlant composante génétique et environnementale.

Signes d'appel

Le symptôme le plus typique, surtout chez l'enfant, est la toux (exacerbée la nuit). On observe également souvent des "sifflements" (sibilants) répétés, une difficulté majeure à respirer (dyspnée) et une sensation d'oppression récidivante.
Tous ces signes sont variables d'un individu à l'autre que ce soit en terme d'intensité et/ou de fréquence.

Stratégie thérapeutique habituelle

Le traitement de fond de la maladie asthmatique dépend du degré de sévérité mesuré (1 à 4) par le spécialiste.


En milieu scolaire :

Le PAI (initié à la demande des parents) est fortement recommandé s'il s'agit d'un asthme suffisamment important nécessitant un traitement de fond avec des antécédents de gravité (hospitalisations, fréquence des crises,...), dans ce cas et devant la survenue d'une crise, se référer au protocole d'urgence préalablemement établi.
Pour un asthme dit modéré (pas d'antécédents graves, d'hospitalisation, crises très peu fréquentes,...), il faudra pouvoir disposer de l'ordonnance (en cours de validité et datant de moins d'un an) du médecin qui suit l'enfant, sur laquelle sera notifié clairement le traitement et son mode d'administration lors d'une crise éventuelle ainsi que la demande expresse de la famille.

Dans tous les cas, il appartient au médecin scolaire de secteur de déterminer quelle est la situation réelle de l'élève et s'il relève ou non d'un PAI.
Il peut arriver aussi qu'un enfant non connu, sans antécédents notables, fasse une crise à l'école (cf : symptômes décrits en "3 - Signes d'appel"), dans ce cas il faut :

1 - calmer l'enfant

2 - appeler le 15 et agir immédiatement sur ordre du médecin régulateur

3 - à distance de la crise, faire le point avec le médecin scolaire

L'Epilepsie


 Définition

L'épilepsie est une maladie neurologique se traduisant par un fonctionnement anormal de l'activité électrique du cerveau.

Etiologie

C'est ce côté anarchique de l'activité électrique cérébrale qui provoque ce qu'on appelle la crise d'épilepsie ou crise comitiale.
La recherche de la cause est du ressort de moyens spécialisés que sont le scanner, l'IRM,... Pour autant, on estime qu'une fois sur deux, aucune cause tangible n'est retrouvée.

Signes d'appel

On distingue essentiellement 2 types de crise :

Les crises généralisées :

  • Les plus connues (et impressionnantes) étant les crises dites tonico-cloniques (ou "Grand Mal") avec perte de connaissance, chute, mouvements convulsifs...
  • Les absences (ou "Petit Mal") se manifestent elles par des ruptures de contact brèves mais répétées avec la réalité.

Les crises partielles :

  • Elles n'affectent alors que certaines parties du corps et peuvent se traduire de différentes manières (troubles moteurs, sensitifs, cognitifs...).

Stratégie thérapeutique habituelle

Il faut là distinguer le traitement, ou plutôt la gestion de la crise, et le traitement de la maladie épileptique qui est bien sûr affaire du spécialiste.


En milieu scolaire :

lien vers la plaquette : Vous avez dit "épileptique" ? (Fondation Française pour la Recherche sur l'Epilepsie)

1 - ne pas paniquer, la plupart des crises sont de courte durée et s'arrêtent d'elles mêmes.

2 - deux cas de figure peuvent se présenter :
     - la maladie de cet élève est déjà connue et fait l'objet d'un PAI - dans ce cas se référer au protocole d'urgence préalablement établi.
     - il s'agit d'une première crise, il faut allonger dès que possible le patient en veillant qu'il ne se blesse pas, appeler le 15 et agir alors sur ordre du médecin régulateur.

NB : Le PAI (initié à la demande des parents) est utile si la maladie épileptique est avérée (bilans neurologiques faits, crises fréquentes...). Cependant, il n'est pas forcément indispensable après une première crise. En effet, une crise isolée ne signifie pas obligatoirement une maladie épileptique.
En cas d'incertitude, vous pouvez utilement vous rapprocher du médecin scolaire de votre secteur pour suites à donner.

Le Diabète


(cas particulier du diabète chez l'enfant et l'adolescent)

http://www.enfance-adolescence-diabete.org/

Définition

Le diabète est une maladie qui consiste à avoir trop de sucre dans le sang (hyperglycémie).

Etiologie

Ce sucre (glucose) est à la base un "carburant" qui alimente en énergie "l'usine" représentée par le corps humain en activité constitué lui-même de cellules dont l'assemblage forme les organes.
Comme toute usine, elle a besoin d'être régulée, la responsable de cette régulation est une hormone appelée : insuline.
Elle est fabriquée par des cellules spécialisées du pancréas : "les îlots de Langherans".
Ainsi, grâce à cette hormone, le sucre qui arrive dans le sang est distribué (ou stocké) aux différents organes.
Chez l'enfant, on assiste à une destruction définitive des îlots de Langherans et donc à un arrêt de fabrication de l'insuline. On parle alors de diabète de type 1.
La cause exacte de cette destruction par hyperactivité du système immunitaire n'est malheureusement pas encore bien élucidée.

Signes d'appel

Avant le diagnostic :

L'élévation prolongée du taux de glucose dans le sang entraîne son passage dans les urines (qui normalement n'en contiennent pas) avec beaucoup d'eau.
Les premiers signes les plus typiques sont donc :

- un besoin d'uriner hyper fréquent
- une soif intense
- une perte de poids
- une fatigue intense

Si le diagnostic tarde à être porté, on peut également observer, de par la production excessive d'acétone par l'organisme des :

- problèmes d'haleine ("pomme verte")
- douleurs et signes abdominaux
- une respiration qui se fait de plus en plus rapide
- des troubles de la conscience pouvant aller jusqu'au coma

Après le diagnostic :

Chez l'enfant,deux problèmes peuvent donc se poser dont il va falloir repérer les signes avant-coureurs qui permettront d'agir selon les préconisations mises en place dans le PAI :

l'hypoglycémie : l'hyperglycémie :
Ce qui se voit :

- pâleur
- yeux cernés
- sueur +++

Ce que l'enfant peut exprimer :

- tremblements
- maux de tête
- vertiges...

Ce qui se voit :

- changement de comportement
- irritabilité

Ce que l'enfant peut exprimer :

- soif +++
- besoin d'uriner +++...

Stratégie thérapeutique habituelle

Le traitement est basé sur la nécessité vitale de se substituer au pancréas en administrant de l'insuline.
Ceci est contrôlé régulièrement en fonction de 3 principes de base :

- une surveillance pluriquotidienne de la glycémie
- l'adaptation des doses d'insuline qui en résulte
- la gestion au plus juste des facteurs influençant cette glycémie (alimentation, activité physique...).


En milieu scolaire :

Le PAI (initié à la demande des parents) est fortement recommandé dès le diagnostic posé. Il permet à l'équipe pédagogique d'être informée, voire formée, notamment pour les plus jeunes.
Il prend en compte les recommandations médicales du diabétologue et décrit précisément les procédures et conduites à tenir en cas d'urgence. De plus, il permet à l'enfant, par la mise en place des soins quotidiens indispensables et une alimentation équilibrée et adaptée aux efforts physiques, de pouvoir continuer à faire comme ses camarades de classe.
Dans tous les cas, il conviendra de vous rapprocher du médecin scolaire de secteur qui précisera les conditions particulières de la scolarisation et des attentions dont l'enfant devra bénéficier :
Lien vers la plaquette : Le Diabète de l'enfant "C'est pas Sorcier" , le but étant de repérer (ou éviter) au plus vite les états d'hypoglycémie ou d'hyperglycémie (cf. "signes d'appel") et d'y remédier selon le protocole établi dans le PAI.

Les Méningites


Définition

La méningite est une inflammation des méninges, c'est-à-dire des enveloppes qui entourent la moelle épinière et le cerveau et dans lesquelles circule le liquide céphalo-rachidien.

Etiologie

Il s'agit dans la majorité des cas d'une maladie infectieuse dont la gravité est fonction du germe en cause (virus ou bactérie).
Il faut noter, de plus, qu'un seul type de germe est concerné par une procédure de maladie à déclaration obligatoire : il s'agit du méningocoque, on parle alors d'infection invasive à méningocoque (IIM).

Signes d'appel

Ils vont dépendre du germe en cause :

Pour une ménigite virale :
les symptômes ressemblent à ceux d'une grippe banale et présentent peu de risques.

Le cas des méningites bactériennes :
les principaux germes en cause sont : pneumocoque (streptococcus pneumoniae), HIB (haemophilus influenzae de type B), méningocoque (neisseria meningitidis), et enfin, listéria (listeria monocytogenes).

Dans tous les cas, les signes suivants doivent alerter et relèvent d'une prise en charge médicale urgente :

  • une fièvre élevée
  • de violents maux de tête associés à une raideur de la nuque (du cou)
  • des nausées et/ou vomissements
  • une hypersensibilité à la lumière
  • parfois même une crise d'épilepsie...

Stratégie thérapeutique habituelle

Le traitement dépend donc du germe retrouvé et ne peut qu'être l'affaire d'une équipe spécialisée.
La prise en charge et le traitement doivent être rapides et sans délai.
Par ailleurs, dans le cas d'une IIM, un protocole précis et initié par l'ARS est à observer.

En milieu scolaire

Pour information complémentaire : http://www.sante.gouv.fr/meningite-accueil.html

En cas de méningite avérée à méningocoque et seulement dans ce cas, il conviendra de suivre scrupuleusement les directives de l'ARS pour :

  • le repérage des sujets contacts éventuels
  • les mesures d'évictions

Pour tous les autres types de méningites, aucune mesure particulière n'est à prévoir.

L'information majeure à retenir est donc : un diagnostic de ménigite ne doit pas être synonime de panique, il faut :

  •  informer systématiquement le service départemental de santé scolaire qui s'assurera de la réalité du germe en cause.

Vous pouvez bien sûr, pour ce faire, prendre l'attache du médecin scolaire de secteur qui assurera les liens utiles.

Allergie alimentaire


Fiche allergie alimentaire

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Les directions des services départementaux de l'éducation nationale

Carte des établissements de France

C'est pratique

L'académe recrute - découvrez nos offres

 

Calendrier scolaire

 

Découvrez nos services en ligne

 

le handicap, tous concernés
Le handicap

 

DISPOSITIF VIGIPIRATE

DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

 

Nous contacter

Vous avez une question ? Contactez-nous