Visite de Valérie Rabault au Lycée Bourdelle

Journée des droits des femmes - 8 mars 2021

Dans le cadre de la journée des droits des femmes, Valérie Rabault, Députée de la 1ère circonscription du Tarn-et-Garonne, s'est rendue au lycée Bourdelle pour rencontrer des étudiantes en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles / Physique Technologie Sciences de l'Ingénieur (PTSI). Accueillie par M. Donatien, proviseur du lycée, et M. Roques, DASEN du Tarn-et-Garonne, Valérie Rabault a salué l'évolution de cette classe préparatoire ouverte à la rentrée scolaire 2014, aujourd'hui 24ème sur 65 classes préparatoires au classement national (l'Étudiant 2020 du 22 janvier 2021), l'année dernière, elle était 54ème. Une belle progression soutenue par une équipe enseignante jeune et dynamique, souligne M. Donatien. Il évoque également la convention signée, il y a 3 ans, avec l'Ecole Polytechnique. En effet, le lycée accueille un étudiant de polytechnique dans ses murs avec pour objectif d'accompagner et conseiller les étudiants de la CPGE au quotidien, un véritable atout ! Un dispositif parmi d'autres, puisque les actions sont nombreuses pour promouvoir les CGPE : informations et formations destinées aux enseignants, professeurs principaux de lycée, temps d'échanges et d'informations avec des anciens élèves du lycée suivant ces filières ou encore des demi-journées de découverte à destination des lycéens.
 

Valérie Rabault, elle-même ingénieure de formation, a rappelé aux étudiantes présentes que le métier d'ingénieur est un métier de création, et que les sciences c'est la liberté, la capacité à raisonner. Un métier d'avenir, essentiel pour préparer notre monde de demain mais qui manque cruellement de femmes. En effet, les effectifs parlent d'eux-mêmes, au lycée Bourdelle, pour cette rentrée scolaire, sur les 27 étudiants en 1ère année, seules 3 étudiantes, et 4 sur 29 en 2ème année.
Partant ce constat, Mme la Députée a échangé avec les jeunes présentes sur leur parcours, les éventuelles difficultés rencontrées dans leur choix d'orientation, leurs attentes et leurs idées pour faire évoluer cette situation. Ainsi les jeunes filles ont évoqué la méconnaissance de ces formations, les stéréotypes qui persistent dans notre société quant aux métiers exercés par les femmes, mais également le rôle de l'éducation, l'image des femmes dans notre société, l'auto-censure ou encore les processus de découragements en milieu scolaire face à une filière extrêmement exigeante. Pour la plupart d'entre elles, évoluer dans un univers majoritairement masculin ne leur pose pas de problème, elles ont su y trouver leur place !
Des échanges enrichissants et soutenus, Mme la Députée a souhaité à ces jeunes étudiantes un beau parcours, « Ayez confiance en vous » a-t-elle conclu.